Dans l’agence web

Undergound

En fait The Web Agency comportait deux niveaux en forme de pyramide inversée : l’étage du boss, de ses épais dossiers et de ses deux imprimantes fumantes parmi lesquels il recevait exclusivement ses clients, ainsi qu’un sous-sol, l’antre des geeks.

Depuis son rez-de chaussée dont l’usage lui était réservé, le patron était aux commandes, figure de proue d’un navire qui traversait souvent des mers agitées. Je descendis le petit escalier dont les marches tanguaient dangereusement sous mes pas. Dans la cave, un Chinois et un Marocain me firent une place sous une large suspension aux multiples ampoules de design scandinave. Peu enclins à la discussion, ils semblaient tous deux souffrir d’une extinction de voix. Une jeune femme m’accueillit d’une manière plus sympathique.

– Lise, se présenta-t-elle en souriant. Je m’occupe des RS.

Sa longue chevelure d’un roux profond irradiait dans la pièce sans fenêtre, une salle de travail tellement froide et obscure avec ses murs de pierre à nu ; un open space du Moyen Âge.


EXTRAITS DE LA ZONE DES MURMURES, ROMAN
MOTS CLÉS : futur, nouvelles technologies, virtuel, burnout


« Le bip d’une voiture m’a sorti de ma torpeur nostalgique : nous sommes à l’ère de l’enquête en ligne, des serial hackers et d’avatars criminels aux profils multiples, de la traque numérique via la géolocalisation, le digital et les réseaux sociaux. Les cookies ne se mangent plus ; ils nous surveillent. »


♦  Concept