Zone des murmures

SIGNALEMENT : Femme de type européen, âgée de 42 ans au moment de sa disparition, 1,69 m, poids 53 kilos, corpulence fine, yeux gris-vert, cheveux bruns et longs.

Dans la Zone des murmures, une femme a disparu en haute montagne.

La zone des murmuresLe temps d’un week-end, Lise et Frankie, deux collègues d’une agence web, s’aventurent dans cette zone escarpée, sans réseau ni hôtel de charme, afin de faire le point, par la même occasion affronter leurs démons.


« On aura beau fabriquer des drones silencieux capables d’imiter le vol de la chouette et de se déplacer dans le noir entre les branches, il reste difficile de trouver une fin dans la nuit. Même si c’est dans le noir que j’entends le mieux ta voix, que tes mots s’éclaircissent et qu’il me semble enfin te comprendre. Je rêve encore de paysages vallonnés, de cimes, d’appels d’air, de ciel sans fin à bord d’un ULM… Je rêve de dragons volants et d’oiseaux aux grandes ailes plates qui me transporteraient jusqu’à toi. Je rêve d’arcs-en-ciel dessinés à la craie, d’orages noirs et de déserts de pierres… d’un piano muet et de vampires rassasiés sous la pluie… de ta mort sous forme de légende.
Le jour revient, et le doute avec. »


Envie d’en savoir plus ?

zone♦  Découvrez les premières pages de La zone des murmures

♦  Zone blanche
♦  Zone d’ambiance


Zone des blogueurs

« Avec La zone des murmures, c’est à un festin qu’est convié le lecteur. La surprise est totale. Et pourtant, à bien y réfléchir, les indices étaient là. Parvenu à ce point de basculement (presque) final, le lecteur n’a qu’une envie: tout relire pour mieux identifier les pistes proposées par Natacha Nisic. D’une écriture sèche, rapide, nerveuse, l’auteure explore les dérives de l’entreprise innovante, les traumatismes de l’enfance, l’exode rural de la France profonde, les dangers du monde hyperconnecté ou encore les pratiques amoureuses de la génération Y. » Pascal Schouwey, Voix de Plumes.

C’est un roman dans lequel on oublie le réel et les certitudes.
« Un roman déroutant et envoûtant. Dérangeant pour le grand bonheur du lecteur, comme moi, qui aime qu’on le bouscule. Une « zone » à découvrir absolument. » Denis Lecomte, Au bonheur de lire.

Zone interdite
« La fin inattendue est lumineuse.
Soudain, un dénouement truculent éclaircit tout et le dernier quart du livre est jubilatoire. » L’avis textuel de Marie M