Autres livres

Une vague odeur de tabac froid (Calmann-Lévy, 2004) – Presse

natacha-nisic-roman-vague-odeur« De doux rêveurs flemmards comme des koalas, des accros de la nicotine scotchés devant la télé et le sort tragique de peuples en guerre. Un univers cathodique où avoir pour père un acteur, même raté, vous sert plus qu’un brillant diplôme… Les frimes et les désillusions de la planète trentenaire disséquées avec drôlerie et justesse. » Atmosphères

« Tu attrapes sans réfléchir un livre sur l’étagère ce matin, acheté d’occasion il y a quelques semaines, pas encore lu. Une vague odeur de tabac froid, de Natacha Nisic. Et ces trois premières pages résonnent en toi. Tu ne vas pas plus loin. Juste ces trois premières pages, histoire d’y goûter un peu, tu sais que tu ne le liras pas tout de suite. Mais ces mots te prennent par surprise, te font quelque chose, « Vous me direz, personne n’est parfait, et les rêveurs n’ont pas besoin d’argent. Juste de solitude. » Et le trouble qui fait son chemin toute la journée, sans raison précise, sans que tu saches pourquoi. Il se fait oublier, puis revient, sur la pointe des pieds, pour finir par s’installer ce soir. » Kill Me Again, blog

« On l’aura compris, ce garçon, lui, est tout sauf superficiel, et il gagne vraiment à être connu. Car, sous l’indolence, se devine une vraie blessure dans sa chair inscrite à l’encre sympathique et qui se révèle peu à peu au fil des pages. » e.m@le, Queen Eliza

« La thématique de l’échec est récurrente dans ses romans. Dans son nouvel ouvrage, elle revient à ses origines. Écrit au plus fort des bombardements en Serbie, il raconte l’histoire d’un jeune Parisien, fils d’un comédien célèbre, désœuvré, qui se laisse entretenir par des femmes. Désenchantement, déboires, guerre toute proche… » Écrire & Éditer, Christian Cogné

« Sur un fil – Dilettante, c’est un qualificatif qui va bien à un fils de… Un de ces petits vernis dont la télé et la presse people assurent les revenus. Un fils de star, c’est donc une star en devenir si l’on reste logique, un talent à qui l’on donnera d’emblée tous les moyens d’éclore. (…) La descente aux enfers est toute tracée. Ce jeune homme, qui fait inévitablement penser à certains rejetons connus qu’il nous arrive de plaindre, est suivi dans son parcours initiatique autour de lui-même, par une petite voix mystérieuse… (…) Avec des mots d’aujourd’hui, Natacha Nisic part du singulier pour atteindre à l’universel. Avec talent elle nous prouve qu’en toute chrysalide dort un papillon… Le soleil de Natacha, lui, brille déjà. À lire. » La Charente Libre, Annie DAVID


Topic
Bonjour. Je voudrais savoir combien de temps reste l’odeur de cigarette dans une pièce ? merci


Le tatouage d’Éléonore (Castor Astral, 1999)

natacha-nisic-tatouage-elenore

« Brr…. Drôle d’ambiance ! » Elle, Héléna Villovitch

« L’homme qui court est arrivé à notre hauteur. Il semblait absorbé et confiant. Brun, avec une mèche blanche dans les cheveux. D’ordinaire il courait avec sa femme, mais cette fois-ci il était seul. Bizarre. Personne pour souffler sur sa mèche blanche lorsqu’elle lui tombait dans l’œil. Julie s’est agrippée à mon bras… »
Fnac NisicAcheter Le tatouage d’Éléonore


zone-des-murmures-lire♦  Feuilletez La zone des murmures (roman à paraître)

♦  La tentation de Lazar (premier roman)

♦  Retour page d’accueil site Natacha Nisic